Du sentiment de justice et du devoir de désobéir par José BOVE

Du sentiment de justice et du devoir de désobéir

Titre de livre: Du sentiment de justice et du devoir de désobéir

Éditeur: Indigène éditions

Auteur: José BOVE


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

José BOVE avec Du sentiment de justice et du devoir de désobéir

José Bové. « Je suis pour cette définition-là de la désobéissance : un moyen d’action qui reste opérationnel pour changer la réalité. Car il n’y a rien de plus insupportable - je l’ai toujours vécu comme ça - de se dire, voilà, on a cette situation, je ne fais rien et ça continue… ou alors si je veux que ça change, il faut que je m'en donne les moyens. »

Erri De Luca. « Nous réagissons aux injustices, directement avec notre système nerveux d'abord, ensuite nous nous expliquons avec les mots et les propos exacts. Nous sommes des personnes qui ont rejoint le mot, le mot juste, à travers l'expérience du sentiment de la justice. »

Livres connexes

José Bové. « Je suis pour cette définition-là de la désobéissance : un moyen d’action qui reste opérationnel pour changer la réalité. Car il n’y a rien de plus insupportable - je l’ai toujours vécu comme ça - de se dire, voilà, on a cette situation, je ne fais rien et ça continue… ou alors si je veux que ça change, il faut que je m'en donne les moyens. »

Erri De Luca. « Nous réagissons aux injustices, directement avec notre système nerveux d'abord, ensuite nous nous expliquons avec les mots et les propos exacts. Nous sommes des personnes qui ont rejoint le mot, le mot juste, à travers l'expérience du sentiment de la justice. »José Bové. « Je suis pour cette définition-là de la désobéissance : un moyen d’action qui reste opérationnel pour changer la réalité. Car il n’y a rien de plus insupportable - je l’ai toujours vécu comme ça - de se dire, voilà, on a cette situation, je ne fais rien et ça continue… ou alors si je veux que ça change, il faut que je m'en donne les moyens. »

Erri De Luca. « Nous réagissons aux injustices, directement avec notre système nerveux d'abord, ensuite nous nous expliquons avec les mots et les propos exacts. Nous sommes des personnes qui ont rejoint le mot, le mot juste, à travers l'expérience du sentiment de la justice. »